ANERNcote-d-azur

Vallauris Golfe-Juan

Vallauris : Capitale de la Poterie, Golfe Juan : Station Balnéaire

 

L’histoire de Vallauris est scellée par la terre, terre des pignates (poterie utilitaire non décorée, qui servait à la cuisson des aliments). Celle de Golfe-Juan, par la mer qui lui a donné ses ports, ses plages de sable fin. Et leur histoire commune tient en une particularité liée à la géographie : le vallon de l’Issourdadou, aujourd’hui comblé (c’est la RD135), les a préservées d’une urbanisation en continuité.

 

Vallauris est une ville propice à la balade au travers de ses ruelles. Sa tradition potière remonte au moins au début de notre ère : des vestiges de briques et poteries ont été retrouvés sur le plateau des Encourdoules. Au XIe siècle une donation fait de l’abbaye de Lérins la propriétaire de Vallauris.
En 1392, la peste noire décime la population, la ville est alors ruinée et presque déserte. Au début du XVIe siècle, Rainier Lascaris, prieur de Lérins, fait venir 70 familles génoises, parmi lesquelles des potiers, pour repeupler la cité. Le village a été reconstruit selon un plan en damier, resté intact jusqu’à nos jours. L’artisanat d’art et la céramique sont d’origine plus récente.

 

La rade de Golfe-Juan n’était qu’un mouillage naturel avec quelques cabanes de pêcheurs et des hangars à poterie où marchands, négociants, muletiers se bousculaient. C’est le 1er mars 1815 que Golfe-Juan entre dans l’histoire. Ce jour-là de retour de l’iîle d’Elbe, Napoléon débarquait.

 

Depuis, l’humble bourgade de pêcheurs est devenue, au fil des siècles, une station balnéaire. Troisième capacité d’accueil portuaire des Alpes Maritimes grâce à ses deux ports de pêche et de plaisance, Golfe-Juan offre de nombreuses activités nautiques et de remarquables sites de plongée sous-marine.

 

LIEUX NAPOLEONIENS :
– La plage du débarquement
– La stèle Napoléon sur le Vieux port : la colonne Napoléon avec buste en marbre de Carrare installée sur le Square Nabonnand.

↓